Planète-déchet

 

          Les O.G.M             

 

Petite définition

         

          Un Organisme Génétiquement Modifié (OGM) est un organisme vivant (micro-organisme, plante, animal) dont on a modifié le patrimoine génétique afin de le doter de propriétés que la nature ne lui a pas attribuées. C'est par manipulation et recombinaison de l'ADN que l'on construit des OGM.

          Le génie génétique est l'ensemble des techniques qui permettent de réaliser ces manipulations, par coupure et réinsertion de gènes. Les gènes sont des fragments de l'ADN, qui contiennent les informations nécessaires au codage des protéines. Chaque gène correspond à un caractère héréditaire particulier et détermine la transmission d'une caractéristique particulière ou d'un ensemble de caractéristiques lors de la reproduction.
          Un OGM est donc un organisme dont on a "bricolé" l'ADN, afin de lui rajouter artificiellement un ou plusieurs gènes. Ainsi on peut introduire un gène de scorpion dans du maïs ou bien un gène humain dans un porc pour obtenir des bêtes plus musclées et moins grasses.

OGM, j'en veux pas

 

 

Quelques multinationales surpuissantes veulent mettre la planète sous tutelle.

 

Les OGM permettraient de réduire la faim dans le monde ?

           Certaines multinationales essaient de nous faire croire que les OGM sont utilisés pour obtenir de meilleurs rendements et réduire la faim dans le monde. Les récoltes sont pourtant suffisantes pour nourrir toute la planète, le problème vient de la répartition des aliments. Il faut signaler de plus que de nombreux champs en Europe sont mis en jachère du fait de l'excédent de production !

Les OGM permettraient de produire moins cher ?

           Le maïs Novartis sécrète une toxine Bt qui tue la pyrale du maïs, ce qui diminuerait l'usage d'insecticides. D'autres méthodes de lutte contre la pyrale existent cependant déjà, et les agriculteurs biologiques ont montré depuis longtemps qu'ils savaient s'en prémunir naturellement. Dans la culture du maïs, ce sont les semences qui coûtent le plus cher, et les paysans ne sont pas du tout certains d'amortir le surcoût du maïs transgénique par rapport au maïs traditionnel.

NON, aux OGM de merde !!

Les OGM pénalisent l'agriculture biologique

            Les gènes étrangers introduits dans une plante ont la faculté de se propager dans d'autres organismes voisins. Si un agriculteur biologique cultive son maïs non loin d'un champ de maïs transgénique, il lui sera impossible d'empêcher que sa production ne soit polluée par le maïs voisin. Le problème se pose également dans le cas du transport. S'il sous-traite l'acheminement de sa production sur les lieux de vente à un transporteur qui a auparavant acheminé du maïs transgénique, le maïs biologique risque d'être également pollué.

           Le surcoût de l'agriculture biologique en général n'est pas dû qu'au caractère extensif de la culture, mais également en grande partie aux contrôles qui sont réalisés tout au long du processus de production pour en garantir le caractère bio. C'est au paysan de prouver qu'il n'a utilisé que des semences, des engrais, des insecticides naturels, et tous ces contrôles coûtent cher. L'apparition de plantes manipulées génétiquement va rendre ces contrôles plus pointus donc plus lourds et plus chers. Dans le cas exposé plus haut, le paysan biologique peut voir sa production polluée par un autre maïs sans qu'il ne puisse rien faire pour y remédier, et devra vendre son maïs bien moins cher, ce qui peut conduire à sa faillite. Comme dans le cas des pollueurs, ce sont les producteurs propres qui doivent payer pour les autres.

 

Non aux ogm !!

  

Pourquoi le consommateur est-il négligé?

            Les manipulations génétiques ont recours à des techniques très récentes et mal maîtrisées. Elles présentent un danger écologique majeur et posent d'évidents problèmes d'éthique. Leur impact sur l'environnement n'a été que très partiellement étudié. Malgré cela, on n'a jamais donné à la population la possibilité de s'exprimer sur ces choix irréversibles. Jamais le consommateur n'a été alerté au sujet des dangers potentiels qu'il encourrait, alors que tous les sondages montrent que les Français et les Européens sont majoritairement contre les OGM. Les firmes agrochimiques savent qu'informer le consommateur sur l'introduction des OGM dans leur alimentation risque de réduire à néant les profits espérés. L'être humain sert de cobaye pour quelques très riches multinationales qui ne rêvent que d'avoir une main-mise totale sur l'agriculture mondiale.

            Ce sont les Etats-Unis et l'OMC (Organisation Mondiale du Commerce) qui ont imposé la possibilité qu'une poignée d'entreprises puisse détenir des "brevets sur le vivant" , ces firmes étant bien sûr majoritairement américaines. Hier, la sagesse paysanne était la garantie de notre avenir alimentaire. Ce pouvoir est en train de passer aux mains de multinationales pour lesquelles "amour de la terre" ne signifie que "profits rapides et importants" .

           Si personne ne s'oppose aux ambitions de ces multinationales qui ont mis en œuvre des moyens colossaux, les plantes transgéniques vont contaminer toutes les plantes naturelles et à long terme, il n'existera plus qu'une seule espèce de maïs, une seule espèce de colza, une seule espèce de coton, etc. Le monde agricole sera alors sous la dépendance totale de trois ou quatre firmes pour son approvisionnement en semences, en engrais, en herbicides et insecticides. Ces quelques multinationales pourront alors imposer leurs prix et leurs décisions aux agriculteurs, voire aux Etats qui auront besoin de semences brevetées pour nourrir la population.

La faiblesse des Etats

            L'arrivée des premières cultures transgéniques en Europe illustre bien la faiblesse des Etats par rapport aux intérêts commerciaux des grandes multinationales, en même temps que l'impérialisme américain dans le cadre de l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC). Au début de la culture du maïs transgénique, celui-ci a été importé des Etats-Unis vers l'Union européenne en toute illégalité et au su des autorités communautaires et américaines. Les firmes agrochimiques cultivaient, mélangeaient à du maïs traditionnel et exportaient dans l'Union européenne leurs produits transgéniques, bien que les compagnies savaient parfaitement que cela était illégal. Il a fallu les protestations de Greenpeace pour qu'après des mois de silence, les autorités européennes ne saisissent un chargement. Depuis, sous la pression des Etats-Unis, le gouvernement français à cédé aux exigences de commercialisation et de culture des plantes transgéniques.

          Ce mélange de produits transgéniques signifie l'impossibilité pour le consommateur de choisir des produits non modifiés génétiquement. Les fabricants de ces produits transgéniques savent bien que les consommateurs refuseraient de les utiliser s'ils avaient le choix. C'est la raison pour laquelle les firmes les mélangent avec des produits sains, et prétendent qu'il leur est impossible de séparer les différentes filières de production.

 

 

 







Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement