Planète-déchet

 
 

La Corrida                       
 

 la corrida, une leçon de torture

  

Une leçon de torture

            Après un long voyage éprouvant, debout dans un camion de transport, les taureaux sont sortis sans ménagement (coup de bâtons) pour être conduits dans le torril, puis vers l’arène, pour 15 à 20 longues minutes de supplices.
             Cela commence avec le picador qui, bien à l’abri sur son cheval, enfonce une pique (sorte de lance, possédant une pointe en acier acéré), à plusieurs reprises, au niveau du garrot de l’animal, provoquant de douloureuses blessures afin de l’affaiblir : section des muscles du cou, hémorragies, entailles pouvant atteindre 20 cms de profondeur, voire même côtes cassées ; dès cette première étape, le taureau est déjà, le plus souvent « massacré ».
           Ensuite six harpons, appelés pudiquement ‘banderilles’ sont plantés et restent dans le dos du taureau, bougeant douloureusement au gré de ses mouvements. Si vraiment ça ne marche pas, alors les finitions sont faites au poignard. Est-ce terminé ? Non je ne crois pas, car si l'enfoiré de boucher en tutu a bien travaillé, il a droit à une ou deux oreilles ou la queue. Je ne doute pas un instant, que dans certains cas, l’animal peut être encore vivant au moment où on lui coupe les oreilles.
           La tradition tauromachique retrouve ici tout son sens : on se retrouve plongé plusieurs centaines d’années en arrière, au temps des barbares. Est-ce cela que l’on veut maintenir à tout prix. Bien sûr cette parodie de combat n’a rien de loyal, vous vous en doutez bien : il y a des trucages ...

 

Verguenza !! La honte La corrida, ni un art ni une culture, mais la mort d'une victime désignée.

Trucages

            Si la corrida est un combat, celui-ci est bien déloyal, le vainqueur étant désigné d'avance !

            Le taureau de corrida a été, notamment, sélectionné, parmi les autres races, pour son habitude à charger une étoffe colorée en mouvement (la cape), au détriment de son véritable ennemi. Par exemple, les taureaux camarguais sont bien trop dangereux pour être utilisés dans une corrida.
            Passé une quinzaine de minutes, taureau de corrida se rend compte que la cape n'est qu'un leurre, c'est pour cette raison (et non pour abréger ses souffrances) que chaque "course" ne dépasse pas cette durée. La supercherie ne se limite bien entendu pas à cette petite astuce, qui exploite la différence de perception visuelle de l'animal, par rapport à la nôtre. Tous est fait pour diminuer la capacité du taureau à se défendre :
            Bien avant les blessures infligées par le picador, il y a le transport, au cours duquel certains taureaux venant d'espagne peuvent passer plus d'une dizaine d'heures enfermés, sans pouvoir bouger, dans des camions surchauffés dans lesquels ils subissent une deshydratation. Certains organisateurs peu scrupuleux peuvent droguer ou faire tomber des sacs de sable de 100 kgs sur des animaux jugés trop vigoureux. Mais généralement, il est bien inutile de recourir à de telles méthodes, les aficionados eux-mêmes se plaignant de la faiblesse de nombreux taureaux qui sont déjà tout cassés à leur entrée dans l'arène : cornes brisées, taureaux boiteux, turberculeux ... De plus en plus, il s'agit pour les éleveurs de rentabiliser leur "marchandise".

          En 2001, 25 % des cornes analysées avaient été mutilées, cette pratique cruelle et perfide est connue sous le nom d'afeitado. Les cornes du taureau, dont on bloque la tête, sont sciées à vif, la partie éliminée étant remplacée par de la résine. c'est encore un moment très douloureux pour l'animal, puisque ses cornes sont parfaitement innervées. Le but de cette opération est de diminuer la perception spatiale du taureau et de lui faire ressentir une douleur intense, chaque fois que ses cornes iront heurter un obstacle.

De combat, il ne reste, finalement, qu'une bien pitoyable mise en scène !
 

 

Mais aussi,...l’utilisation de chevaux

          Les toreros n'ont guère plus d'égards pour eux que pour les taureaux :
les chevaux de corrida subissent un dressage impitoyable pendant plusieurs années avant de pouvoir être utilisés. Par la suite, les fractures aux pattes ou d'autres blessures plus graves sont fréquentes.
          Afin qu'il n'ait pas peur (et surtout pour assurer la sécurité du picador), le plus souvent, ses yeux sont bandés, ses oreilles bouchées et on lui administre des tranquillisants. Le cheval peut ainsi servir, littéralement, de bouclier au picador...

Le cheval sert de bouclier au picador

 

 

Les effets pervers

            Les aficionados réguliers sont moins de dix-mille en France, et la majorité des touristes de passage qui assistent pour la première fois à une corrida en ressortent écoeurés et ne souhaitent plus jamais retourner dans une arène. Alors comment se fait-il que ces affligeants spectacles perdurent ?
            Il faut savoir que le lobby tauromachique est puissant et infiltre toutes les couches de la société : les collectivités locales, les partis politiques, le tissu associatif et une partie de l'éducation nationale ... Vraiment tout est fait pour faire avaler une pilule qui a bien du mal à passer !

            Cela commence dans les écoles, principalement celles du sud de la France, dans lesquelles certains enseignants n'hésitent pas à faire de la propagande :
concours de peinture de scènes de corrida par le professeur de dessin ou sensibilisation à la culture tauromachique par le professeur d'espagnol. Mais, pour certains, cela débute de manière beaucoup plus directe : des enfants sont inscrits, dès l'âge de 6 ans dans des écoles tauromachiques (subventionnées). On leur apprend à manier la cape et, plus tard, vers 10 ans, à s'entraîner à frapper et tuer, avec une épée, un veau immobilisé.
           Quant aux enfants d'aficionados, ils sont bien souvent trainés dans les arènes par leurs parents, et les promoteurs de corridas leur offrent même gratuitement leur place ... afin d'assurer leur propre avenir.

 

La corrida, le sadisme d'une humiliation sauvage.

         

Vidéo d'une musique Anti-Corrida

 

 

source: L'arène anti-corrida 




Mer. 4 Fev. 2015

Commentaire de michal

pourquoi cette vidéo n'existe pas???





Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement