Planète-déchet

 
 

Humains, réveillez-vous !                    

         

             Empoisonnement des eaux et des sols, réchauffement de la planète, ouragans, inondations et sécheresse, maladies (campylobacters, salmonelles, maladies cardiaques, cancer, ESB, grippe aviaire, maladie de Creutzfeldt Jacob...) est-ce vraiment cela que nous voulons?...et n'y a-t-il pas un moyen d'échapper à ce désastre?

 

La terre est née il y a 4 milliards d'années

            

             On ne sait ni pourquoi ni comment, la planète Terre est née il y a 4 milliards d'années. Puis la vie a évoluée à sa surface, sous les eaux et dans les cieux. Et le temps passa ! Imaginez l'histoire complète du monde condensée en une année. Une année qui commence le 1er janvier. Quelques jours plus tard, la première bactérie est apparue, un miracle d'évolution a suivi, chaque couche de boue, d'eau et de terre fut habitée. Les méduses et les araignées n'apparurent qu'au début novembre. Les fougères, le 20 novembre. Quand les poissons habitèrent les eaux, les insectes ailés s'envolèrent. Du 1er au 15décembre les dinosaures régnèrent en maîtres. Le 31 décembre, à minuit moins le quart, l'humanité apparut. Il y a tout juste 2 secondes débuta la révolution industrielle, et avec elle un massacre sur la Terre qui a épuisé ses ressources.

 

Nourriture et terres gaspillées

           L'environnement est un manteau finement tissé qui est en train de se défaire sous nos yeux, et la consommation de viande en porte une lourde responsabilité. Nous n'avons pas le besoin physique de manger de la viande et pourtant le monde contient 3 fois plus d'animaux de rente que d'être humains. Le bétail exige énormément d'herbe de mad's et de blé, au point que 80 % des terres agricoles en Grande Bretagne sont utilisées pour la production de viande. Il faut 10 kg de protéines végétales pour produire 1 kg de viande. C'est le programme de recyclage le plus gaspilleur que l'on ait inventé. Si exigeant en ressources que le sol est exploitée au delà de ses capacités, par l'utilisation massive de pesticides et d'engrais. Les pesticides sont des poisons pour éliminer herbes indésirables, insectes et champignons. Ils peuvent aussi tuer des humains. Nous savons qu'ils détruisent des éspèces autres que celles qu'ils sont censés combattre, ils menacent l'écosystème.

 

Il faut 10 kg de protéines végétales pour produire 1 kg de viande.

 

             Nous savons que la concentration de ces produits augmente quand les plus grandes créatures mangent les plus petites. Un oiseau d'eau comme le grèbe qui est au sommet de la chaîne alimentaire concentre dans son corps des pesticides jusqu'à 80 000 fois plus que ceux contenus dans l'eau où il vit. On sait que 50 produits chimiques utilisés en agriculture sont soupçonnés de provoquer des cancers. La viande contient en moyenne 14 fois plus de résidus toxiques que les végétaux. Il y a des traces de pesticides dans presque tous les aliments que nous consommons.

             Nous savons que s'il ne fallait pas nourrir les animaux de rente, les agriculteurs pourraient alors revenir à la rotation des culture. Pratiquer la culture biologique et cesser d'utiliser des produits chimiques dérivés des gazs neurotoxiques. L'exploitation ininterrompue de la terre pour produire plus de céréales pour nourrir plus d'animaux n'est pas durable. La production peut être dopée seulement momentanémant en aspergeant les champs de fertilisants azotés. Une partie de l'azote se répand dans les rivières, elle enraîne une prolifération d'algues et de bactéries et y détruit toutes les autres formes de vie. Une autre partie de l'azote contamine les nappes phréatiques- mais si nous arrêtons de manger de la viande, toute la population de la terre pourrait être nourrie uniquement avec 30% des cultures actuelles, sans devoir utiliser d'engrais chimiques. Les terres pourraient à nouveau respirer, se regénérer et se refaire une santé.

 

Les faits

  • 38% des céréales mondiales sont destinés au bétail.

  • En moyenne pour produire 1 kg de viande il faut 10 kg de céréales; le reste finit en déjection.

  • Il faut deux fois plus de surface cultivable pour nourrir un mangeur de viande qu'un végéatrien et quatre fois plus qu'un végétalien.

  • La Grande-Bretagne pourrait nourrir 250 millions de gens par une alimentation végétale.

  • Si tous les habitants de la planète mangeaient comme les américains, seule la moitié des terriens pourraient être nourris

 
Déforestation

                 La forêt tropicale est époustouflante de complexité. Elle abrite la moitié des espèces animales et végéatales du monde. Elle fournit de nombreux médicaments; les anesthésiants, les médicaments anti-cancer, la pilule contraceptive. Elle retient le sol, absorbe la pluie et les nouvelles plantes se nourrissent de la décomposition des anciennes. Elle produit de l'oxygène et absorbe le gaz carbonique. Elle est l'équilibre de la nature. Et ce que nous humains faisons: c'est la détruire. Avant 1950, 14% des terres mondiales étaient des forêts tropicales. Depuis, la moitié en a été détruite et, chaque année, c'est une superficie égale à la Grande Bretagne qui disparaît. Et pourquoi? En grande partie pour faire des paturage pour le bétail ou pour cultiver du soja pour nourrir le bétail et dont la plupart des récoltes sont exportées. Après 7 années d'exploitation, ces terres sont quasi désertiques.

 

 Les forêts tropicales abritent jusqu'à 90% de toutes les espèces terrestres.

 

Les faits

  • Les forêts tropicales abritent jusqu'à 90% de toutes les espèces terrestres.

  • La forêt tropicale est détruite au rythme de 164 000 kilomètres carrés par an.

  • Au costa rica, 71% de toutes les surfaces déforestées sont des pâturages. Le Népal a perdu la moitié de sa forêt en 20 ans à cause de l'élevage.

  • Même les pâturages fraîchement déforestés ne peuvent nourrir qu'une tête de bétail par hectare.

  • En 1991, l'amérique latine a exporté 8 millions de tonnes de soja, destinés surtout à nourrir de bétail.

 

Le réchauffement de la planète

            En 1989 une équipe d'astronautes a observé un nuage de fumée provenant de milliers de feux répartis sur 2,6 millions de kilomètres carrés en Amazonie. C'était la forêt tropicale en train d'être détruite pour l'élevage. En brûlant de telles surfaces, des quantités énormes de gaz carbonique sont libérées dans l'atmosphère, formant une couche isolante, qui empêche la chaleur de s'échapper.

           Chaque bovin dégage 60 litres de méthane par jour aggravant encore le réchauffement planétaire. Les incendies et les ruminations des bovins constituent ensemble la 2ème cause de l'effet de serre.

 

Les faits

  • Depuis 1970, la destruction des forêt tropicales en Amérique latine a contribué au rejet de 1,4 milliard de tonnes de dioxyde de carbone dans l'atmosphère.

  • Le méthane est responsable de 18% de l'effet de serre, dont le taux dans l'atmosphère augmente de 1% par an.

  • 18% ds émissions de méthane sont dus à l'élevage. Il y a en permanence 1,3 milliard de bovins dans le monde.

  • 26% des émissions de méthane en Grande Bretagne proviennet des bovins.

  • En Grande bretagne, chaque année, il y a des émissions de 1,15 million de tonnes de méthane provenant du bétail qui augmentent le réchauffement de la planète.

 

Epuisement des sols

 

               Premiers consommateurs au monde de viande, les Etats Unis ont perdu le tiers de leurs terres cultivables. Dans les Etats de l'Ouest, d'énormes étendues ne supportent plus l'agriculture intensive et la terre se désertifie. Les réserves d'eau des nappes phréatiques se vident plus vite qu'elles ne sont alimentées par la pluie. Le sol appauvri ne peut même plus être utilisé pour des pâturages, car il aurait besoin de plus d'eau qu'une nouvelle terre. Le besoin en eau du bétail est tout destructeur que ses besoins en nourriture. La production de bovins exige 12 fois plus d'eau que celle des légumes.

 

Dans les Etats de l'Ouest, d'énormes étendues ne supportent plus l'agriculture intensive et la terre se désertifie.

 

              En Grande Bretagne près de la moitié des terres arables sont menacées d'érosion car l'élevage intensif détruit la structure même du sol.

 

Pluies acides

                Le monde a un nouveau problème: l'interminable accumulation des excréments animaux, les lisiers sont 100 fois plus polluants que les déjections humaines. Ils 'empilent et leurs masses ne peuvent plus être résorbées. Les bactéries transforment l'ammonium en acide qui s'évapore ensuite, combiné avec les oxydes de nitrates issus des engrais, ainsi qu'avec la pollution industrielle, il cause l'acidité des pluies. Les sols sont rendus improductifs et les forêts, rivières et lacs se meurent. Preque oubliées parmi l'avalanche des autres désastres écologiques, les pluies acides sont en train de ruiner les biotopes du nord de l'Europe et de l'Amérique. Dans certains pays, les excréments animaux en sont la principale cause. La fin de l'élevage du bétail ralentirait considérablement le désastre.

 

Les faits

  • Une seule vache produit 23 tonnes de déjections par an.

  • 10 porcs produisent 21 tonnes de lisier par an.

  • Epandues sur les terres, ces déjections contribuent aux pluies acides et à la pollution des sols et des eaux.

  • L'ammonium issu des fabriques d'animaux est une cause majeure des pluies acides (plus de 70% d'acidité dans certaines régions).

  • En Hollande où il y a plus de bovins que d'humains ( 7 pour 1), les éleveurs sont tenus de réduire leur cheptel de ¼ pour sauver les forêts à l'agonie.

     

La souffrance des mers

             Les chalutiers sillonnent les océans du monde capturant un nombre croissant de poissons toujours plus petits. Leurs lourds filets démembrent le fond océanique en se faisant place et détruisent tout sur leur passage. Hélas, de plus en plus de pays participent aux tueries par filets dérivants: non seulement des thons, mais aussi des baleines, dauphins, oiseaux marins et requins sont tués.

             Certains pays continuent le massacre des baleines ces mammifères au langage plus complexe que le nôtre et dont nous ne comprenons pas un mot...

 

 

 

             Des élevages intensifs de poissons ont été installés dans les mers d'Europe, le saumon, ce mystérieux migrateur, en est la première victime. C'est comme si on enfermait des hirondelles. Entassés dans des cages, ils ne survivent que par de fortes doses d'antibiotiques et de pesticides, leur couleur commercialement attractive est due à l'ajout pourtant interdits aux Etats-Unis.

              Et pour ce nourrir de créatures captives, d'autres poissons sont pêchés « industriellement »...
 

             Pour produire 1 kg de viande de saumon il faut 5 kg de poisson. Le PCB est l'un des produits chimiques industriels les plus toxiques, on sait qu'il contamine preque toute la chaîne alimentaire marine.

 

Les faits

  • Neuf des 17 principales pêcheries mondiales sont en sérieux déclin. Les autres ont atteint leurs limites

  • Au niveau mondial, 124 milliards de dollars sont dépensés chaque année pour rattraper seulement 70 milliards de dollars en valeur de poissons.

  • Des études récentes montrent que plus de 40% des poissons pêchés en mer du Nord sont malades, souvent atteints de tumeurs cancéreuses

  • On estime qu'environ 240 000 tonnes de PCB (substance interdite en Grande Bretagne depuis 1980, interdite en Suisse également) ont pollué les océans.

  • Les saumons, ces animaux essentiellement migrateurs, sont confinés dans des élevages intensifs, avec une densité de 15 kg par m².

 

Santé et bien être

            Supposons que nous soyons les plus intelligents, des êtres capables de sentiments complexes. Que faisons-nous? Nous emprisonnons d'autres êtres intelligents, les isolants dans des cages exiguës jusqu'à la folie. Nous leur dénions leurs instincts les plus élémentaires. Nous traitons leurs petits comme des choses, et puis nous les mangeons. Les poulets sont entassés dans des cages si petites qu'ils ne peuvent même pas déployer leurs ailes. Ils sont engraissés à grande vitesse dans des halles lugubres et sont handicapés par leur surpoids, tous endurent la même mise à mort, dans une chaîne automatique. Et puis nous les mangeons

 

            On nous dit que la douleur et la souffrance sont des concepts relatifs, mais dans la course à la production de viande la moins chère possible, il y a un prix à payer qui nous concerne, ce sont les infections qui en découlent: les entérites à campylobacters, les salmonelles, la maladie de la vache folle. On nous dit que «  la viande est nécessaire pour vivre! », ignorant les maladies cardiaques, les cancers du côlon et autres pathologies liées à la consommation de viande. Le profit n'a pas de conscience, seulement un bilan. En son nom les animaux et les humains sont là pour être exploités.

 

Les faits

  • Les maladies cardiaques sont la principale cause de décès dans les pays industrialisés.

  • Des études montrent que les végétariens ont 30% moins de maladies cardio-vasculaires que les carnivores.

  • Le cancer provoque un quart des décès prématurés en Grande-Bretagne. Aussi en Suisse.

  • Au moins 1/3 des décès sont sus à l'alimentation. Les risques diminuent sensiblement grâce à un alimentation végétale.

  • D'autres études montrent que l'incidence du cancer du côlon, du sein, de la prostate et autres cancers est inférieure chez les végétariens.

  • Au moins 2 millions de gens par an ont des intoxications alimentaires en Grande Bretagne, la plupart dues à la viande, aux oeufs et aux produits laitiers.

     

 

            Durant les 2 dernières secondes de notre évolution décrite ci-avant, nous avon détruit et empoisonné la Terre à un rythme jamais atteint dans son histoire. La croissance et la consommation en sont la cause et maintenant on nous dit que c'est encore plus de croisssance et encore plus de consommation qui vont résoudre ces problèmes. Est-ce que nous sommes plus riches, plus heureux, plus nobles avec la mort et la destruction que nous propageons?

 

             Nous léguons à nos enfants un monde qui contient moins de merveilles que nous en avons hérité. Nous avons empoisonné l'eau, pollué l'air et épuisé la plupart des sols. Nous leur transmettons un monde qui est encore sur pour nous mais a commencé à se pencher sur le bord du gouffre de la catastrophe. Les gouvernements ne font rien, mais TU peux faire quelque chose. Simplement en renonçant à la viande, à la volaille, au poisson et aux sous-produits d'abattoirs, tu contribues directement à stopper la cruauté et la destruction. Arrête la tuerie et deviens végétarien, tu as le choix.

 

Aujourd'hui tu peux aider à arrêter la cruauté et la destruction, rejoins le combat pour la vie!

 

 




Mar. 3 Fev. 2015

Commentaire de bien

Je trouve ça bien mais vous ne parlez pas asse de l'eau....





Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement